Julie Franchi des États-Unis dit: "La joie des sœurs que j'avais connues lors de mes études m'a attirée."

Ma vie de sœur franciscaine missionnaire  a commencé il y a cinquante ans.  La joie des sœurs que j'avais connues lors de mes études m'a attirée.  Je suis restée car ce style de vie est merveilleux pour moi et qu’il me convient parfaitement.  Je m'endors la nuit en remerciant Dieu, sachant qu’il me bénit abondamment.

J'ai vécu dans diverses communautés avec des femmes vraiment saintes.   Nous avons partagé en communauté nos joies, nos peines, nos espoirs, nos rêves, nos difficultés et nos prières.   Chacune de nous essaie d'écouter l'appel de Dieu ici et maintenant et chacune essaie de suivre les traces de Jésus, comme François d'Assise l’a fait il y a plusieurs siècles.  La vie communautaire est un défi, mais ses récompenses sont la paix et la joie. 

J'ai eu la possibilité de vivre la mission aux États-Unis et en Bolivie dans une variété d'apostolats: éducation, administration, mission à l’étranger, migrants, étudiants universitaires, éducation religieuse, travail dans les paroisses et service social.  Partout, j'ai rencontré des personnes merveilleuses!  

Depuis Septembre 2011 je dirige le département de l'Apostolat Social de Savannah, Géorgie.  Notre mission consiste à aider les personnes pauvres, sans logis, handicapées, à risque.  Nous ne sommes que six employés, avec quatre-vingts dix bénévoles,  et il y a de nombreux bienfaiteurs très généreux.  Nous expérimentons chaque jour que Dieu fait de grandes choses à travers nous, s'occupe de nous, et qu’il est présent au cœur de notre travail.

La première relation dans ma vie c'est ma relation avec Dieu que je nourris à travers ma prière personnelle, le partage de la foi, la messe quotidienne, une retraite chaque année, et pas mal d'occasions de grandir dans la sainteté.  Dieu, mon compagnon, est si bon avec moi! Avec Marie, je me réjouis en disant: " Le Puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son nom”.